• Aliaume Chapelle

Cinq astuces pour améliorer vos photos de forêt

Au premier abord, la photographie de forêt peut paraître difficile à cause du chaos qui règne à l'intérieur de celle-ci. Les arbres se superposent, les branches s'entremêlent et le feuillage reflète la moindre lumière, créant ainsi un maelstrom d'éléments disparates. Le photographe se doit de mettre de l'ordre dans ce chaos et d'ordonner ces différents éléments qui composent les scènes qui s'offrent à lui. Son but est de rendre lisible une scène en trois dimensions sur une image en deux dimensions. Pour ce faire, il dispose de plusieurs techniques pour faciliter la lecture de ses images.




1) Choisir les conditions météorologiques


En photographie de paysage, la lumière est l'élément déterminant pour mettre en valeur la scène que l'on souhaite immortaliser. La forêt n'échappe pas à cette contrainte rendant la réussite d'une photo largement dépendante des conditions météorologiques.


Rien de tel qu'un brouillard épais pour donner naturellement de la profondeur aux images. En faisant disparaître une partie des éléments de l'arrière-plan, le brouillard permet de simplifier la scène à photographier tout en la rendant plus lisible. Il agît en quelque sorte de la même manière que le flou d'arrière-plan en photographie de portait. De plus, il est assez facile à prévoir (voir article comment prévoir le brouillard) et à tendance à durer plusieurs heures permettant d'exploiter au maximum les lieux.

Le brouillard permet de faire disparaître l'arrière-plan tout en évitant d'avoir le ciel visible entre les branches

Une fine brume laissant percer le soleil permet de créer un point focal dans l'image tout en faisant apparaître les rayons du soleil qui traversent le feuillage.

Les rayons du soleil servent de lignes directrices et guide le regard dans l'image

Parfois, il suffit d'un peu d'humidité pour diffuser la lumière. Dans le cas de la photo ci-dessous, il avait plu en fin de nuit puis le ciel s'était dégagé en début de matinée laissant la place au soleil.

Les trois arbres de l'avant-plan se dégagent de l'arrière-plan grâce au voile créé par l'humidité de l'air

2) Utiliser un filtre polarisant


Aussi simple que cela puisse paraître, un filtre polarisant va permettre d'améliorer facilement les photos prises en forêt. Son intérêt est de supprimer les reflets sur les feuilles tout en accentuant leurs couleurs. L'effet du polarisant est visible sur la photo ci-dessous au niveau des feuilles. Il densifie le feuillage et supprime les reflets dus à l'humidité présente sur les feuilles.

Sans polarisant à droite - Avec à gauche.

3) Ne négliger pas le grand angle


Même s'il est souvent plus facile de travailler avec un objectif transtandard ou un téléobjectif pour isoler le sujet, il ne faut pas hésiter à varier les focales en utilisant un objectif grand angle. En identifiant un sujet fort, l'utilisation du grand angle va permettre de le magnifier tout en réduisant la taille des objets à l'arrière-plan. Le grand angle accentue aussi les lignes de force au niveau de l'avant-plan comme sur la photo ci-dessous.

Les racines et l'arbre à l'avant-plan servent de sujet principal. Ils sont complémenté par les arbres en arrière plan qui apparaissent plus petits du à l'utilisation d'un très grand angle (12mm)
Les rochers et l'arbre courbé sont le sujet principal de la scène. Le grand angle permet de capturer l'ensemble de la forêt

4) Utiliser la verticalité


Pour guider le regard et simplifier l'image, il ne faut pas hésiter à utiliser la verticalité et la répétition des troncs. Évitez de mettre trop de sol et concentrez-vous sur les motifs des lignes verticales créés par les troncs permet de créer une image avec beaucoup de force.


En parallèle, isoler quelques arbres peut aussi s'avérer intéressant. Préférer un groupe de trois ou cinq arbres qui ne sont pas à la même distance de vous. La différence de distance entre les arbres permet d'accentuer la sensation de profondeur de l'image.

Utiliser un nombre impair d'arbres donnera toujours un résultat plus harmonieux lorsque ceux-ci sont en petite quantité (qu'il y ait 34 ou 35 arbres ne fera aucune différence)

5) Choisir la bonne saison


Même si la forêt peut se photographier à toutes les saisons, le printemps et l'automne sont généralement les périodes les plus propices en Europe.


Le printemps offre une belle couverture de feuilles d'un vert encore frais avant l'arrivée des chaleurs de l'été. Dans certaines régions, les forêts se parent même de tapis de fleurs sauvages (Jacinthe sauvage, ail des ours...) rendant ces dernières particulièrement photogéniques. Cette saison est aussi propice à l'apparition de brume, car les nuits sont encore suffisamment longues et froides contrairement à l'été.

L'automne est la saison par excellence pour photographier les arbres. La forêt revêt ses plus belles couleurs et les nuits froides laissent souvent place à un brouillard épais en matinée. Les feuilles déjà tombées permettent à la lumière de mieux pénétrer dans la forêt et rendent les scènes un peu moins complexes.


Si vous avez la chance d'habiter dans une région suffisamment froide, l'hiver offre aussi de belles possibilités. Dans mon cas, la Belgique voit de moins en moins de chutes de neige et de jour de gel depuis quelques années rendant l'hiver peu propice à la photographie des forêts.


Logo minimaliste.png
Cart0